samedi 12 mai 2012

Guerres & Histoire et le Capitaine Conan

La revue "Guerres & histoire" innove encore et joint à ses numéros (sortant, suite au succès rencontré,  dorénavant tous les deux mois) un DVD pour une collection très bien documentée de films de guerre. 


En effet, une plaquette d'une quinzaine de pages est jointe pour comprendre le contexte du film ainsi que les grandes idées développées.

Hier, était au programme Capitaine Conan (bientôt disponible en kiosque), ce soir Le Pont et plus tard La Mer Cruelle (cf. chez l'allié Historico blog 3 sa présentation).

Dans ce film, c'est tout d'abord la découverte d'un théâtre de la Première Guerre mondiale généralement moins connue : celui des Balkans où se bat l'armée d'Orient face à la Bulgarie. Il n'a rien à envier à celui de la France : tranchées, no man's land, réseaux de barbelés, préparation d'artillerie, canon de 75 mm, charges, front et arrière, etc.
"Nous autres, à 3000, pendant que vous faisiez la guerre, nous la gagnions, à la baïonnette, dans le blanc des yeux..."
Ensuite, c'est plonger dans l'action de ces unités que sont les corps-francs, celui du capitaine Conan formé avec des hommes tirés des prisons qui, en marge, des opérations effectuent des coups de mains. Pour une fresque historique de la question, ne ratez pas la série du colonel Goya sur les corps-francs dont le colonel Porte, sur son blog, a eu la patience de reprendre tous les épisodes (cf. ici).


Que faire, une fois les combats terminés, d'une personnalité comme celle du capitaine Conan, un homme qui s'est donné entièrement à la guerre, qui l'aime, indifférent à la violence dont il est l'observateur et l'acteur ? Que faire de ce vétéran qui a dû s'habituer à cette violence quotidienne et qui doit ensuite s'en détacher et retourner à la vie normale de mercier ? Question d'actualité...  

Enfin, dans l'opposition entre Conan et le lieutenant Norbert (le lettré humaniste), la justice militaire se trouve décortiquée. Des règles peuvent-elles régir les comportements humains dans ce déchaînement de violence ? Tenter de le régir ? Jusqu'à quel point la guerre est une situation de non-normalité ? Justice de temps de paix et justice de temps de guerre s'entrechoquent.

A voir (et donc à se procurer très bientôt dans les kiosques...) !

1 commentaire:

Stéphane Mantoux. a dit…

Merci pour la citation.

Mer Cruelle est un excellent film sur la bataille de l'Atlantique et le livret d'accompagnement de la revue est solide.
Je n'ai pas encore regardé les deux autres.

Tu me diras ce que tu penses de celui-là.

A+