mardi 30 juin 2020

Lecture - "L'autre terreur après la foudre - 11ème régiment d'Artillerie de Marine", sous la direction de Christophe Lafaye

Le livre régimentaire est un format éditorial en soit. Avec ses parties historiques obligées, ses narrations qui ne parleront parfois qu'aux anciens de l'unité, ses successions d'événements quelques fois difficilement replacés dans un cadre plus large, etc. Il peut néanmoins devenir un vrai "beau livre", bien illustré, avec des photographies de bonne qualité bien qu'anciennes pour certaines, avec une mise en page léchée et aérée, permettant de se plonger dans certains épisodes historiques plus méconnus, avec une iconographie pédagogique pour accompagner par des schémas clairs le lecteur moins expert de tel ou tel cadre géographique, etc. Voir être avec un format plus innovant et mixer, par exemple, les formats de narration : textes, photos et même dans celui-ci des planches de bande-dessinées.


C'est un peu tout ça que le dernier historique du 11ème régiment d'Artillerie de Marine (RAMa) (régiment breton, aujourd'hui basé à Saint-Aubin du Cormier, après avoir connu notamment Lorient) réussi à faire, sous la direction de Christophe Lafaye (déjà l'auteur d'un livre similaire sur le 19ème régiment du Génie et le 2ème régiment d'Infanterie de Marine, toujours par les Editions de Pierre de Taillac, qui nous habituent aux "beaux livres"). Du corps royal de l'artillerie des colonies jusqu'aux dernières poches territoriales de l'organisation Etat islamique au Nord de la Syrie, en passant par l'Adrar des Ifoghas au Mali, l'Argonne et les contreforts de l'Aisne en 1940, l'opération Daguet en 1990-91, etc. C'est l'histoire du 11e régiment d’artillerie coloniale lourde hippomobile mixte malgache jusqu'au régiment d'appui-feu et renseignement de la 9ème brigade d'Infanterie de Marine (BIMa) qui se laisse ainsi découvrir.

Quelques épisodes sont plus particulièrement décrits, et permettent ainsi de se replonger sur quelques unes des pages d'histoire écrites par le régiment. Sans toutes les citer, c'est notamment le cas pour la période de la Drôle de Guerre puis des combats de 1940, avec des combats de retardement particulièrement courageux face aux avancées allemandes (notamment par la batterie de réserve du régiment) ou de furieuses séquences de tirs par des batteries qui garderont quasiment jusqu'au bout leur cohésion. C'est le cas aussi des opérations au Tchad qui verront les capacités sol-air du régiment effectuer les seuls tirs opérationnels par l'armée de Terre française de missiles de défense de courte portée, face à des appareils libyens. C'est encore l'opération Daguet qui verra l'intégralité des unités élémentaires du régiment être déployée, une rareté pour un régiment d'artillerie, avec d'intéressants développements sur les capacités d'acquisition utilisées lors de l'offensive sur le fort d'As Salman.

Le temps des OPEX. Exemple d'infographie réalisée par Julien Peltier (crédits : Warfog).

Depuis 2000, c'est la moins connue opération Artemis Mamba en 2003 en République Démocratique du Congo, auprès d'un groupement de forces spéciales, les heures chaudes suivants le bombardement de Bouaké en Côte d'Ivoire en novembre 2004 et la descente vers Abidjan, etc. Ou en histoire immédiate, les différents mandats en Afghanistan (et l'arrivée des camions d'artillerie Caesar), décrits ici par un grand connaisseur des opérations françaises dans ce pays, l'opération Serval en 2013-2014 (et les intenses combats notamment dans l'extreme Nord du Mali, après avoir été déployé "au coup de sifflet"), puis l'opération Barkhane (et ses nombreux, fulgurants, affrontements encore peu connus, où le rôle et les missions des observateurs avancés sont particulièrement bien décrits), et enfin l'opération Chammal en Irak / Syrie, et sa forte intensité (voir également par ici et ici).

Jusqu'au tournant que prend aujourd'hui le régiment qui sera le premier régiment d'appui-feu de l'armée de Terre à basculer pleinement dans l'ère du combat Scorpion : perception dès l'année prochaine des premiers blindés Griffon en version PC Atlas puis l'année d'après en observation d'artillerie (et mortier embarqué - MEPAC - quelques temps après), utilisation du système de commandement ATLAS rénové avec le système de communication SICS, préparation opérationnelle pour fournir les appuis-feu (autour des mortiers de 120 mm ou des systèmes Caesar) du premier GTIA scorpionnisé déployé (autour de compagnies d'infanterie du 3ème RIMa de Vannes) à l'horizon 2021 en opérations extérieures (sans doute en Afrique), etc. Tout en continuant, notamment, pour sa batterie d'acquisition et de surveillance (BAS) à connaître une modernisation de ses capacités et de ses capteurs (drones notamment).

Ainsi, un vrai beau livre à lire à la fois pour les anciens et proches du régiment, pour les bigors intéressés par ce régiment-frère et autres artilleurs, et surtout pour tous les autres, pour se plonger dans ses récits historiques et les faits d'armes du régiment de l'Orient, d'hier à aujourd'hui. Rare régiment à avoir reçu palme ou étoile sur son étendard à la fois pour l'opération Daguet, les opérations en Afghanistan, à Serval puis à Barkhane. Ainsi, lire ce livre, c'est découvrir et redécouvrir à hauteur de marsouin un régiment qui aura traversé (avec "Du bilan, de la gueule, de la bonne humeur", pour reprendre un motto cher à ce régiment) toutes les opérations militaires récentes de l'armée de Terre française.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est toujours beaucoup de travail pour un livre que l'on offre souvent en cadeau.
L'artillerie va connaître de grandes évolutions, c'est une arme à ne pas négliger si l'on veut parler d'haute intensité, mais pas que...
http://experiencecombattantelafaye.blogspot.com/2019/09/lartillerie-des-stratagemes-le.html

Anonyme a dit…

L'Arme a été excessivement réduite par les dernières réformes, la prise de conscience sur le retour possible des conflits inter- étatiques changera-t'elle la donne ?
https://operationnels.com/2019/01/08/du-sahel-au-levant-quelle-place-pour-lartillerie-francaise/

Anonyme a dit…


La dotation de mortiers MEPAC mettra-t'elle fin à la carrière des 131 mortiers de 120 mm qu'il nous reste dans les unités d'artillerie?
http://www.opex360.com/2020/01/24/armee-de-terre-la-commande-de-54-blindes-griffon-dotes-du-mortier-mepac-a-ete-notifiee-par-la-dga/