dimanche 4 septembre 2011

Article - Médias sociaux et guerre d’Afghanistan

Le mensuel DSI de septembre (cf. sommaire) arrive en kiosque cette semaine. J'y publie un article sur l'emploi actuel et possible des médias sociaux dans la guerre d'Afghanistan. Alors que bien des événements se sont passés depuis son écriture en juin, les grands traits et les conclusions ne (me) semblent pas être trop datés. Heureusement.
S’il est nécessaire de modérer certaines analyses enthousiastes, il semble par contre indispensable pour les acteurs stratégiques, civils ou militaires, de comprendre les opportunités et les menaces que représentent ces médias sociaux.
Que les acteurs y soient présents ou non, il n’est plus possible de les ignorer sans risquer de subir certaines conséquences. De plus, il serait dommage de ne pas se servir de leurs potentialités. Ainsi, et en s’appuyant sur les événements récents de la guerre d’Afghanistan, quelle est l’utilisation possible de ces outils pour une communication réellement 2.0 en soutien à la stratégie poursuivie ?
Aujourd'hui sous les projecteurs (sans doute trop d'ailleurs), ce sujet dont le visage évolue en permanence mérite que l'on s'y attarde. Comme toujours, je suis ouvert aux critiques (et en attente d'avis) permettant de corriger et d'améliorer ma vision, souvent bien parcellaire et très personnelle, de ces sujets. Donc, surtout ne vous privez pas pour les commentaires!

PS: en complément, le lecteur pourra se reporter à un article paru sur le Small Wars Journal : New Media: A Boon for Insurgents or Counterinsurgents? Bien qu'essentialisant sans doute trop la place de ces outils, cet article a pour grand mérite de dresser un vaste panorama de problématiques (menaces et opportunités) inhérentes à leur utilisation.

1 commentaire:

Opinions a dit…

Les nouveaux media sont certes utilisés sur divers théâtre d'opération. Il me semble que cette nouvelle technologie est un vecteur non négligeable pour communiquer de la part des insurgés et aussi de la part de nos forces. Je ne suis pas sûr que les populations soient vraiment touchées par les communications. Par contre les "insurgés" eux utilisent de façon très efficace ces nouveaux moyens que ce soit pour de la propagande ou des instructions. Le problème des occidententaux est le faible niveau de la riposte, par manque de connaissance des chefs et manque d'analyse de la Target Audience et propagande.