vendredi 21 février 2020

Entretien - Matières premières stratégiques et Industrie de Défense, avec Raphael Danino-Perraud

Raphaël Danino-Perraud est doctorant au Bureau des Recherches Géologiques et Minières (BRGM) et au laboratoire d'économie d'Orléans (LEO). Il est également doctorant associé à l'IRSEM, pour qui il a récemment publié une étude : "La Criticité des Matières Premières Stratégiques pour l'Industrie de Défense". Il s'intéresse aux politiques d'approvisionnement en matières premières minérales et à leur criticité tout au long de la chaîne de valeur. 


Terres rares, matières premières stratégiques, métaux critiques… Il est courant d’entendre plusieurs dénominations autour de ces métaux. En quoi une matière première est dite critique et stratégique ? 

La crise des terres rares a révélé la vulnérabilité des économie occidentales vis à vis de leurs approvisionnements en métaux. Les terres rares ont ainsi été amalgamée aux métaux rares, critiques ou encore stratégiques, alors qu'elles n'en constituent qu'un groupe de 16 éléments aux propriétés particulières. En général, le terme stratégique est utilisé pour les matières premières relevant d’une industrie particulière et historiquement, de l’industrie de défense, tandis que les matières premières critiques concernent l’ensemble de l’économie. La criticité est caractérisée par un faible volume de production mais une utilisation primordiale dans l’industrie de pointe et à une certaine rareté géologique associée à un statut de co-produit. Les tensions géopolitiques de toutes sortes sont aussi un facteur de criticité majeur. 



Cependant, la criticité d'un métal ne se mesure pas seulement à ces caractéristiques, mais est aussi facteur de l'institution qui la mesure. Un métal peut être critique pour un pays, une entreprise ou une technologie, mais pas pour d'autres. Le prisme d'analyse est donc à prendre en compte pour la mesurer. 


En quoi la prise en compte de toute la chaîne de valeur des matières minérales au sein de l’industrie de défense permet une approche plus fine de la question de la criticité, et notamment de l’impact des pays dits émergents ? 

La chaîne de valeur est composée des différentes étapes de fabrication, d'utilisation et de fin de vie d'un élément ou d'un produit fini. Parfois, seuls quelques kilos de métaux sont nécessaires à l’ensemble de l’industrie de défense. Ce n’est dont pas tant leur extraction que la capacité à les traiter qui sera critique. 

La dépendance européenne aux approvisionnements extérieurs en matières premières minérales est connue de longue date, mais les états membres avaient jusqu’ici conservé une base industrielle importante dans le domaine du raffinage et de la transformation en produits semi-finis susceptibles d'être intégrés dans des systèmes d'arme plus complexes. Or ces dernières années ont vu la fermeture de certaines de ces industries pour privilégier l’achat de produits à moindre coût issus des pays émergents (et notamment de Chine). En privilégiant l’aspect économique à l’aspect stratégique, les premiers ont sacrifié une partie de leur autonomie technologique au profit des seconds. L’exemple des terres rares est significatif puisque les pays occidentaux ont perdu la majorité de leur savoir faire technologique au profit de la Chine qui extrait, raffine et fabrique une partie des aimants permanents équipant les systèmes d’arme européens et américains, dont l’avion F-35. 



Vous développez des cas concrets de minerais, notamment le lithium ou le cobalt aux propriétés remarquables et aux utilisations aujourd’hui centrales (dans les batteries de sous-marins et les alliages pour l’un, pour des pièces de moteurs de Rafale par exemple pour le second). En quoi les caractéristiques de ces derniers sont illustratifs des grands enjeux d’avenir de gestion de l'offre et de la demande pour l’industrie de défense ? 

L’utilisation du lithium et du cobalt dans les batteries est appelée à fortement augmenter dans les prochaines années. Il y a peu de chance que ces tensions créent des pénuries durables, mais les prix se renchériront tout comme la course aux ressources. L’absence de stratégie industrielle de l’Europe concernant les matières premières a contribué à fragiliser sa position, notamment vis-à-vis de la Chine. Cette dernière a crée des industries verticalement intégrées, de la mine au produit fini, constituées d’entreprises présentes sur plusieurs voire la totalité des segments de la chaîne de valeur et capable de mettre en œuvre des économies d’échelle importantes, non seulement pour les approvisionnements mais également pour l’innovation technologique. 

Il apparaît nécessaire de se donner les moyens financiers et réglementaires pour renforcer l’écosystème industriel européen dans le domaine des matières premières et de leurs applications (Éditoriaux de l'IFRI : "Face au défi des métaux critiques, une approche stratégique du recyclage", décembre 2018). Cela peut passer par l’exploitation des gisements européens, mais également par une meilleure gestion de ce que l’on surnomme la "mine urbaine", c’est à dire des produits en fin de vie et contenant de nombreux métaux. Le stock potentiel est important, mais comme pour la mine, de nombreux obstacles existent. 

Vous citez quelques exemples de mesures afin de gérer cette criticité pour l’industrie de Défense, française et européenne (substitution, stocks, recyclage en ressources secondaires, diversification des approvisionnements, restructuration capitalistique de la chaîne de valeur, etc.). Quelles sont les plus porteuses de potentialités, selon vous ? 

Plusieurs solutions existent pour diminuer la vulnérabilité européenne. Aucune ne présente des propriétés miraculeuses et il faudra certainement une combinaison de plusieurs d’entre elles pour arriver à une situation satisfaisante. 

L’exploitation des gisements européens pourrait effectivement être une solution intéressante, mais sera forcément limitée. Ils ne pourront satisfaire qu’une partie marginale de la demande et il existe une forte opposition sociétale à leur mise en œuvre opérationnelle. 

La substitution constitue également une option mais est limitée. Elle ne se fait que sur le temps long (nécessité de développer, de certifier et d’appliquer les nouveaux procédés et matériaux) et n’est pas infinie. Comme l’a montré l’exemple des terres rares dans les années 80 et comme le montre l’exemple du nickel aujourd’hui, la substitution d’aujourd’hui peut créer la criticité de demain [1]

Le stockage de matière première est une solution ponctuelle et temporaire qui pose néanmoins la question des coûts d’entretien et d’infrastructures. 

Le recyclage en lui même comporte plusieurs aspects. Des progrès substantiels ont été réalisés pour la récupération de chutes de production (déchets issus du processus de production de pièces d’alliages), comme le montre la création d’Eco-Titanium par Eramet et l’État français pour la récupération des chutes de titane, mais ils doivent continuer. Par contre, tout reste à faire dans le domaine de la collecte ou seul 5 à 15 % des petits objets électroniques sont collectés et pas plus de 50 % des alliages, ce qui induit une perte importante. Si cette filière semble la plus prometteuse pour approvisionner en partie le marché européen, elle ne sera pas fléchée "défense", car cette industrie ne représente qu’une faible part des matières premières consommées en Europe. 


Au delà de la matière première, c’est l’investissement dans les procédés technologiques de transformation et de recyclage qui permettra la création d’une industrie européenne intégrée dans le domaine des matières premières, à même de soutenir l’industrie en général et de défense en particulier. 

[1] C’est suite aux tensions dans l’ex-Zaïre à la fin des années 70 que les aimants à base de terres rares ont été développés, pour les résultats que l’on connaît aujourd’hui. Par ailleurs, la tendance à remplacer le cobalt par le nickel dans les batteries fait peser des incertitudes quant à la capacité de l’industrie à fournir les matériaux de qualité requise pour leur utilisation dans ces produits. L’industrie du nickel est aujourd’hui tournée vers la production d’acier et pas de produits chimiques à destination des batteries.

26 commentaires:

Anonyme a dit…

Il faut faire attention avec les "terres rares" car elles sont répandues sur toute la planète, mais leur extraction est extrêmement polluante d'où l'actuelle main-mise de la Chine:
https://www.meta-defense.fr/2020/07/15/la-chine-a-t-elle-declare-la-guerre-des-terres-rares/

Une stratégie de puissance:
https://infoguerre.fr/2019/10/19976/

Pensée, élaborée et mise en oeuvre par Beijing:
https://infoguerre.fr/2019/06/transformation-terres-rares-construction-dune-arme-industrielle-strategique/

Anonyme a dit…

Au niveau de l'armement, cela donne de nouveaux arguments de vente "plus verts":
https://korii.slate.fr/tech/marche-armes-eco-responsabilite-ecologie-co2-argument-marketing-greenwashing

Dans un monde judiciarisé et où toutes les cultures se valent dans l'amour du prochain, le respect de la distanciation sociale et des licornes parfumées, cela aboutit à ceci:
https://ehko.info/le-greenwashing-des-industriels-de-larmement/

Ah, les enjeux miniers de "la transition énergétique":
https://youtu.be/Oq84s9BLn14

On pourrait aborder le sujet des transports:
https://youtu.be/5gOsjIxR7T0

Ou celle de l'énergie pour éviter des cataclysmes sociétaux:
https://youtu.be/Fp6aJZQldFs

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/23/l-europe-risque-de-manquer-de-petrole-d-ici-a-2030_6043842_3234.html

De là à lacher la proie pour l'ombre...
https://www.contrepoints.org/2020/06/29/374738-abandonner-le-nucleaire-pour-hydrogene-un-leurre

Anonyme a dit…

Connaissez-vous monsieur Guillaume Pitron?
https://youtu.be/2lHTHINmNVk

F. de St V. a dit…

Sa conf à HEC était pas mal, de mémoire.

Anonyme a dit…

Le discours evolue en fonction des tendances, mais le but est toujours de vendre:
https://www.meta-defense.fr/2019/05/29/ecologie-et-defense-meme-risques-meme-faiblesses-et-meme-solutions/

Anonyme a dit…

Le mirage du véhicules électrique avantage la stratégie chinoise:
https://www.usinenouvelle.com/article/derriere-la-voiture-electrique-la-course-aux-materiaux-critiques.N882305

Les bobo-écolos se cherchent à travers le révolution de l'hydrogène:
https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/lhydrogene-avenir-de-la-voiture-electrique-1138081

La transition énergétique est une belle fable:
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/07/22/en-europe-les-energies-renouvelables-premiere-source-d-electricite-au-premier-semestre_6046924_3244.html

Avec des répercussions sur certains domaines militaires:
https://www.edfenr.com/actualites/gouvernement-lance-plan-solaire-grande-ampleur/

Anonyme a dit…

EDF a du mal à trouver des terrains pour ses panneaux solaires, d'où le plan "une place au soleil" et des personnels avec le petit doigt sur la couture du pantalon:
https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/edf-peine-a-demarrer-son-offensive-dans-l-energie-solaire-1952931.html

Anonyme a dit…

On peut se cacher derrière la transition énergétique, il n'y a derrière ce paravent pour gogos que la guerre économique:
https://www.officierunjour.net/dossiers/geopragma/la-géopolitique-de-l-énergie-va-évoluer/

Il deux pays qui se disputent le leadership mondial, les autres subissent.

Anonyme a dit…

On déplace la pollution, mais nous sommes sur une seule planète:
https://www.arte.tv/fr/videos/084757-000-A/la-face-cachee-des-energies-vertes/

La "transition énergétique", c'est faire l'abstraction qu'il y a des pollueurs et des pollués et faire en sorte que l'oligarchie financière qui nous gouverne ne change pas d'un iota ses manières de vivre:
https://theconversation.com/inegalites-de-niveaux-de-vie-inegalites-demissions-carbone-une-comptabilisation-qui-arrange-les-investisseurs-146723

Anonyme a dit…

La pollution accompagnant l'extraction des terres dites rares est au cœur de la "transition énergétique", plus un déplacement de la pollution que quelque chose d'écologique.

Cela n'empêche pas des progrès:
https://www.usinenouvelle.com/editorial/comment-carester-et-le-cea-simulent-la-separation.N1031669

https://www.usinenouvelle.com/article/stmicroelectronics-va-se-doter-en-2022-d-une-usine-de-substrats-de-carbure-de-silicium.N1038959


Le sable est par exemple une ressource dont peu soupçonnent la raréfaction:
https://theconversation.com/le-sable-une-ressource-essentielle-en-voie-de-disparition-122094

Cela a des conséquences sur la France, notamment en Nouvelle Calédonie:
https://www.capital.fr/economie-politique/nouvelle-caledonie-la-guerre-du-nickel-risque-de-couter-cher-au-contribuable-francais-1387124

Anonyme a dit…

Les enjeux miniers sont liés aux enjeux d'énergie, on tient là un vrai sujet de pouvoir: "Qui contrôle l'énergie, contrôle les nations":
https://www.letemps.ch/opinions/dominance-energetique-plus-importante-puissance-armee

https://www.lefigaro.fr/international/henry-kissinger-j-apprecie-joe-biden-en-tant-que-personne-20201112

Le nouveau POTUS, Joe Biden, est un vieux routier de la politique américaine:
https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/10/30/joe-biden-la-premiere-fois-que-le-monde-l-a-ecrit_6057925_4500055.html

Il a été acteur de bien de ses errements US et des choix assumés aux conséquences catastrophiques :
https://les-yeux-du-monde.fr/actualites-analysees/44377-elections-americaines-1-4-qui-est-joe-biden

http://www.academiedegeopolitiquedeparis.com/strategie-americaine-en-eurasie-et-consequences-de-la-guerre-du-kosovo/

https://www.lemonde.fr/blog/filiu/2020/11/22/retour-sur-quinze-annees-derreurs-de-biden-en-irak/

To be continued...

Anonyme a dit…

Vu que dans les véhicules Scorpion, il y a des pièces issues des circuits civils, il y en a des choses à surveiller:
https://www.frstrategie.org/publications/recherches-et-documents/strategie-approvisionnements-matieres-premieres-union-europeenne-cas-secteur-automobile-2020

Les enjeux miniers étant intriqués avec les enjeux énergétiques:
https://www.areion24.news/2020/12/21/quelle-securite-energetique-et-environnementale-pour-la-france-et-ses-allies-de-lotan/

Anonyme a dit…

La "transition énergétique" est loin d'être écologique:
https://www.lopinion.fr/edition/economie/transition-energetique-monde-va-basculer-d-dependance-aux-energies-232944

Allons nous encore laisser les clés de la puissance à d'autres ? Il n'y a que des coups à prendre...
https://www.lopinion.fr/edition/economie/l-europe-victime-mercantilisme-allemand-tribune-d-emmanuel-sales-232406

Anonyme a dit…

On a pas fini d'en entendre parler:
https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/terres-rares-pekin-tente-par-un-nouveau-bras-de-fer-avec-washington-1290788

Anonyme a dit…

Des échanges d'amabilités sont à prévoir:
https://www.meta-defense.fr/2021/02/26/joe-biden-ordonne-une-revue-des-approvisionnements-strategiques-americains/

Anonyme a dit…

Avec la Nouvelle Calédonie et l'entreprise Eramet, la France est concernée:
https://www.challenges.fr/entreprise/eramet-resiste-a-la-guerre-du-nickel_752667

Les armées françaises ont tout intérêt à sauver le soldat Aubert et Duval:
https://www.lefigaro.fr/societes/aeronautique-airbus-et-safran-prets-a-sauver-aubert-duval-20210207

Anonyme a dit…

Que ce soit pour la transition énergétique ou une armée robotisée, la chaîne de valeur mondiale ne passe plus par l'Europe:
https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/la-penurie-des-semi-conducteurs-est-appelee-a-durer-880304.html

En software, mais déjà en hardware on tarde à s'y atteler:
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/09/le-printemps-europeen-de-la-puce-electronique_6072470_3234.html

Ensuite, il faut de l'énergie pour alimenter la machine et là aussi, ce sont des problèmes plutôt complexes:
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/09/en-franche-comte-la-sauvegarde-de-l-ingenierie-de-l-energie-passera-par-un-incubateur_6072460_3234.html

Anonyme a dit…

Ce n'est pas un métal rare, mais le minerai de fer est au centre de la politique économique chinoise:
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/09/07/le-minerai-de-fer-est-un-element-cle-de-comprehension-des-relations-internationales-de-la-chine-avec-le-reste-du-monde_6051229_3232.html

Notamment en Afrique subsaharienne:
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/14/matieres-premieres-un-nouvel-age-du-fer-sous-emprise-chinoise_6073053_3234.html

Anonyme a dit…

Les matières premières peuvent valoir un certain prix, mais ce n'est pas que là où il est intéressant de se trouver dans la chaîne de valeur.

Pour le moment, l'Europe n'est que le marché le plus riche que se disputent Chine et États-Unis en matière de débouchés économiques:
https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/semi-conducteurs-quand-les-puces-secouent-la-geopolitique-1296601

Les pays européens sont ouverts à tous les vents, le dumping social et l'optimisation fiscale y ont fait des ravages tandis que les entreprises sont rachetées et les brevets copiés:
https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/lheure-de-la-dissuasion-technologique-1301198

Quand à la transition énergétique, il suffit de regarder l'activité des banques:
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/24/les-banques-francaises-premieres-financeuses-europeennes-des-energies-fossiles-en-2020_6074302_3234.html

Anonyme a dit…

Sur le minerai de fer, la bataille se livre même dans les airs:
https://air-cosmos.com/article/les-antonov-124-au-coeur-de-la-guerre-minire-24518

Anonyme a dit…

Les États-Unis se lancent dans la recherche d'autres voies que la dépendance à la Chine:
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/ressources-naturelles/isr-rse/les-etats-unis-se-relancent-dans-la-production-de-terres-rares-le-petrole-du-xxie-siecle-149671.html

Anonyme a dit…

La question concerne aussi les danois avec le Groenland:
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/04/08/terres-rares-la-face-cachee-peu-reluisante-du-defi-climatique-n-a-pas-fini-d-inquieter-les-electeurs-du-groenland-ou-d-ailleurs_6076005_3234.html

Anonyme a dit…

Le Groenland a voté écolo, mais les convoitises restent:
https://www.franceinter.fr/emissions/le-monde-d-apres/le-monde-d-apres-07-avril-2021

En Nouvelle-Calédonie, la multinationale américaine Tesla a mis un pied dans la porte:
https://www.capital.fr/entreprises-marches/nouvelle-caledonie-lusine-de-nickel-de-vale-rachetee-tesla-partenaire-1398793

Et l'histoire n'est pas finie...
http://ainsi-va-le-monde.blogspot.com/2021/04/nouvelle-caledonie-les-independantistes.html

Anonyme a dit…

Tout est lié surtout pour des armées qui veulent se robotiser:
https://www.areion24.news/2021/03/17/technologies-critiques-dans-le-secteur-energetique-pour-la-securite-et-la-defense/

Anonyme a dit…

On voit déjà les dégâts de notre désindustrialisation au niveau des semi-conducteurs et donc des constructeurs automobiles:
https://www.frstrategie.org/publications/recherches-et-documents/strategie-approvisionnements-matieres-premieres-union-europeenne-cas-secteur-automobile-2020

Celui qui maîtrisera le circuit économique du cuivre sera le maître de la voiture électrique:
https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/materiaux/les-consequences-au-niveau-geopolitique-de-l-essor-des-batteries_153649

Avec des conséquences sociales non négligeables, on peut déjà l'apercevoir en Europe:
https://www.diploweb.com/Geopolitique-L-electrification-des-mobilites-sera-t-elle-un-accelerateur-de-la-desindustrialisation.html

Malgré les discours mobilisateurs, il ne faudra surtout pas se contenter de mots:
https://www.ifri.org/fr/espace-media/lifri-medias/lalliance-europeenne-batteries-determinee-gagner-bataille-de-voiture


Pour les véhicules militaires électriques, il serait sage d'attendre un peu que la technologie soit vraiment mature:
https://www.francebleu.fr/infos/transports/bus-electriques-stoppes-a-amiens-ne-nous-a-pas-dit-qu-ils-ne-fonctionnaient-que-dans-les-pays-chauds-1612981450

Histoire d'éviter d'être ridicules.

Anonyme a dit…

Le nickel est élément-clé de l'environnement technologique de demain:
https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/nickel-la-nouvelle-caledonie-eramet-et-la-sln-dans-le-sillage-du-rafale-1000831.html

Pas que dans le domaine militaire, évidemment:
https://www.ifpenergiesnouvelles.fr/article/nickel-transition-energetique-pourquoi-parle-t-metal-du-diable