vendredi 12 février 2021

Expérimentation - Vers une réserve de l’armée de Terre plus active ? (+ MAJ)

"Faut-il des batteries d’artillerie, des escadrons de transport logistiques, des escadrons de reconnaissance et d’investigation armés par des réservistes ?", s’interrogeait le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général Thierry Burkhard, lors d’une audition parlementaire en juin 2020. "Il faut prendre le temps de la réflexion avec le ministère et avec vous", ajoutait-il ensuite. Si une réponse définitive ne semble pas avoir encore été apportée à la question, des expérimentations sont menées pour éclairer les choix.
 
 
Amener la réserve "à maturité", pour disposer d’ "une masse de réserve"
 
Dans la Vision stratégique "Supériorité opérationnelle 2030" de l’armée de Terre dévoilée fin 2020, il est indiqué que : "L’armée de Terre doit disposer d’une réserve opérationnelle massive et engagée, sur laquelle repose davantage la contribution terrestre aux missions de protection du territoire national". Un peu plus loin, parmi les 12 projets principaux dévoilés dans le document d’orientation, le n°2 (dans la catégorie "Des hommes à la hauteur des chocs futurs"), précise les axes de l’ambition opérationnelle pour la réserve ("qui nécessite une rénovation profonde") :
  • "Une masse de manœuvre plus nombreuse, plus autonome, mieux territorialisée ;
  • Une offre d’engagement mieux adaptée à la variété des modes de vie (urbains/ruraux, étudiants/vie active, mobilité géographique) ;
  • Une ambition haute : être apte à couvrir si nécessaire le contrat opérationnel "territoire national" et à s’engager à terme au-delà de la fonction protection".

Dans des auditions parlementaires qui suivirent la publication (notamment en juin 2020), le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Thierry Burkhard, a précisé l’état de la réflexion sur le sujet du rôle envisageable pour les réserves : "soit la maintenir dans des missions de sécurisation du territoire, soit lui demander de faire quelque chose du type de la défense opérationnelle du territoire - ce qui nécessiterait de la former à d’autres missions, comme se battre contre un ennemi infiltré, des parachutistes, par exemple, ou défendre des points sensibles - soit être intégrée pour partie dans la relève des unités engagées dans un combat de haute intensité. […] Mais si des unités de réservistes devaient être engagées en opération en haute intensité, il faudrait les former et les équiper comme des soldats d’active, ce qui devrait être pris en compte dans la Loi de Programmation Militaire (LPM) suivante. Pour l’heure, la LPM actuelle ne le prévoit pas". Ayant rappelé en préambule que : "Faute de moyens suffisants, il convient d’agir successivement. L’objectif à court terme est la remontée en puissance de l’armée d’active et c’est là-dessus que je fais porter mon effort. Dans cet intervalle, le meilleur appui que puisse m’apporter la réserve, c’est de continuer à fonctionner durant deux à trois ans en remplissant avec l’armée d’active les mêmes missions qu’aujourd’hui. Ce délai permettra de réfléchir au rôle qu’elle sera amenée à jouer dans un conflit de haute intensité".

lundi 8 février 2021

L’imprévisibilité comme facteur de supériorité opérationnelle - De l’intérêt pour l’armée de Terre de retrouver le sens de l’embrouille ?

Les adversaires présents et futurs de l’armée de Terre française liraient en elle comme dans un livre ouvert. Ils pourraient, sans trop d’efforts, avoir des éléments de réponses aux questions qui, quand, où et comment la concernant. Si l’imprévisibilité tactique (via la surprise, la déception, l’intoxication…) serait encore parfois atteignable (et mise en œuvre dans les opérations actuelles), l’imprévisibilité, comme difficulté à prédire des intentions et des actions, de niveau opératif ou stratégique, lui manquerait. Une ambition à retrouver, parmi d’autres, pour obtenir un état de sidération, qui permet, au moins un temps, de prendre et maintenir l’initiative, pour faciliter l’imposition de sa volonté.
 

Voilà l’intention, écrite dans le programme, donc prévisible, du colloque annuel du Centre de Doctrine et d’Enseignement du Commandement (CDEC). Colloque s’inscrivant dans des réflexions menées depuis quelques temps qui devraient déboucher par la publication à venir du nouveau "Concept d’emploi des forces terrestres", nouvelle offre stratégique de la composante terrestre, prévu avant l’été 2021 (en lien avec le nouveau "Concept d’emploi des forces", validé lui par le chef d’état-major des armées (CEMA) fin 2020). Prenant en compte évolutions et invariants de l’environnement stratégique, les forces terrestres doivent ainsi proposer une adaptation de leur contribution, en lien avec leur place particulière de forces menantes agissantes au sol ou vers le sol, là où s’affrontent les ultimes volontés.

Entre profonde prédictibilité structurelle et aversion à la ruse mal perçue

Cette non-imprévisibilité (le postulat de départ, difficilement niable, étant que l’armée de Terre et en partie les autres armées, à des degrés variables sont prédictibles) serait due, notamment selon le général (2S) Guy Hubin (praticien de l’art de la guerre et penseur prolixe, dont Michael Shurkin, chercheur à la Rand Corporation, dresse récemment un intéressant portrait dans War on The Rocks), à quelques traits forts de la culture stratégique française dont : 
  • Une verticalité du commandement, qui, malgré un effort pour commander, à la française, "par l’intention", donne de la lisibilité, en remontant ou descendant la chaine de commandement - créateur et décideur, si initiative et subsidiarité ne sont pas pleinement mises en œuvre ; 
  • Une organisation homothétique très marquée des structures, avec une organisation globalement pyramidale, malgré quelques efforts d’y remédier, comme via la culture interarmes ;
  • Une manœuvre axiale : l’effort porté par les troupes amies - la concentration des moyens - est globalement dans un « cône » d’application de quelques degrés d’étendue situé « en avant », anticipable donc par les troupes ennemies, notamment du fait de la faible portée des capacités de destruction) ;
  • Une linéarité des dispositifs, avec une logique de fronts, et d’échelons avant/arrière, de postes et de sureté intérieure/extérieure, aujourd’hui encore prégnante, plus que de réseaux recomposables et donc d’approche multidirectionnelle à 360°)…

dimanche 3 janvier 2021

Au-delà de leurs vraies discrétion et humilité, ne pas les oublier. Eux et ceux qui restent.


Sergent Yvonne Huynh et brigadier Loïc Risser, morts pour la France le 2 Janvier 2021. Suite à l'explosion visant leur véhicule blindé léger (VBL) de recherche dans la région de Ménaka (Mali).
 
Rustiques dans la réalisation de leurs opérations exigeantes. Des missions longues de plusieurs jours, parfois en petits groupes de 2 véhicules ou parfois plus, risquées en étant parfois en éléments isolés, en avalant les kilomètres de mauvaises pistes dans des conditions climatiques difficiles, le plus possible hors des axes, en avant des dispositifs amis, parfois avec de longues infiltrations à pieds, en portant le lourd matériel d'acquisition de renseignement, de transmission...
 
Opérations menées de manière intensive avec un très haut taux de déploiement avec un départ en opération, voir plus, par an en moyenne, depuis plus de 15 ans. Au sein d'une unité en auto-reléve permanente sur différents théâtres (étant le seul régiment de l'armée de Terre avec ce panel de leurs capacités). Tout en assurant les déploiements de l'opération Sentinelle, la formation interne, initiale ou complémentaire en 2nde partie de carrière, une formation sélective, longue et exigeante, et l'entraînement permanent, sans relâche...