mercredi 10 août 2022

Innovation - Le démonstrateur Scarabée d'Arquus

Ai eu la possibilité de faire récemment quelques tours de pistes d'essais sur le plateau de Satory dans le démonstrateur de blindé Scarabée d'Arquus, pendant une petite heure. Passant notamment après l'actuel chef d'état-major de l'armée de Terre (CEMAT) qui avait embarqué dedans quelques semaines auparavant.

Démonstrateur (et non prototype), même si les puristes des définitions pourraient en débattre, permettant de développer, tester, intégrer et faire gagner en maturité un certain nombre de technologies. Certaines jusque là plutôt issues du monde civil et parfois déjà matures pour ces cas d'usage, mais passées à cette occasion dans un environnement militaire représentatif.

Principalement (et sans être exhaustif) dans le domaine de la propulsion (avec l’hybridation, notamment via un moteur V6 de 300 ch en thermique et 100 ch en électrique, avec 3 batteries différentes), de l'architecture (avec un groupe moto propulseur d'un seul tenant placé à l'arrière notamment), de l'ergonomie (avec, par exemple, la gestion des différents modes de propulsion par le pilote), etc.

Le fruit des efforts visible aujourd'hui est le résultat d'un programme "secret" débuté discrètement avec moins d'une dizaine de personnes concernées en 2017, défrichant les grands choix architecturaux, à un blindé beaucoup plus mature à ce jour pouvant bénéficier des technologies de tout un groupe industriel (avec une équipe dédiée restreinte, et un budget évidemment non extensible). Avec quelques heures de travail et des milliers de kilomètres d'essais déjà de réalisés.

Le Scarabée est aujourd'hui autorisé par la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) à embarquer dans des avions civils avec les batteries installées, suite à un long et exigeant processus de certification quant au respect des normes de sécurité, ce qui constitue une première mondiale civile et militaire, et vient valider les progrès réalisés dans la sécurisation de différents ensembles (notamment face aux risques d'incendie des batteries, de résistance aux variations de pression, etc.).

Les 400ch cumulés pour environ 7 tonnes à vide se ressentent vite dans les phases de roulage dynamique réalisées (sans préparation particulière autre que de baisser les suspensions réglables pour les phases les plus dynamiques). Permettant de passer, départ arrêté, à 30km/h sur une pente à 40% d'une quarantaine de mètres, d'atteindre les 125km/h en ligne droite sans forcer (les 135km/h ayant été dépassé sur d'autres essais), d'avoir des accélérations incomparables à un départ arrêté de VBL (même en version Ultima), etc. Avec en impression de conduite, comme passager, des phases de transition de toute électrique à hybride ou thermique très naturelles, une capacité de "boost" pour une accélération forte, un silence impressionnant en mode tout électrique, etc. Le résultat d'un bon rapport poids/puissance (voir même très bon rapport), et surtout du couple disponible pour gérer les variations, et du gros travail réalisé pour hybrider et permettre d'utiliser conjointement les différents modes (les pas des différents ensembles devant se rejoindre pour basculer de l'un à l'autre et maximiser leur apport conjoint).
 

Le Plateau de Satory en concentré sur une image. Pistes d'essais (dont ses fameuses rampes de différents pourcentages), démonstrateurs de blindés (dont le Scarabée d'Arquus), hélicoptères (dont les EC145 Airbus Helicopters des Forces Aériennes de la Gendarmerie Nationale), unités (dont le GIGN - Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale des gendarmes de l'inter' étaient au bout du treuil en entrainement - non visibles car cachés dans les arbres)

Avec un important travail de réalisé récemment (en plus du passage il y a quelques mois maintenant du tout thermique ou tout électrique à hybride) sur l'ergonomie du poste de pilote (placé à l'avant, face à de larges vitres - utiles aussi pour l'équipage placé derrière qui a une impression de moindre enfermement comparé à d'autres blindés) et sur l'interface homme/machine pour gérer les transitions entre les différents modes de propulsion, le suivi des batteries, les choix d'assistance de conduite, des réserves de puissance, la facilité du pilotage (hier via joysticks pour certains modes de déplacements, à assistance sur le volant aujourd’hui), etc.

En plus de la capacité "crabe" avec des roues et des essieux avant et arrière orientables (permettant de tourner quasiment sur place et de se déplacer quasiment en latéral, une fois le mode enclenché d'un simple clic) qui offre des capacités opérationnelles en terrain compartimenté/accidenté/tout-terrain assez évidentes pour se déplacer plus finement, se sortir d'un mauvais pas, faire des demi-tours dans des rues encaissées, se déplacer lors de "coups d'œil" en phase d'observation ou d'acquisition de cibles, etc.

 Avec les portes sur des gonds visibles, les anciennes portes sur glissière étant parmi les options disponibles pour les potentiels clients intéressés. Le côté innovant du blindé n'était pas forcément là-dessus, mais mobilisait jusqu'alors les conversations (et les critiques) en passant à côté du reste...

En plus des pistes et des terrains d'essais du constructeur largement utilisés, des essais en tout-terrain ont aussi été menés ces derniers mois sur le camp de Canjuers notamment. Avant des essais par temps chaud potentiellement à venir (en plus des passages du blindé dans des chambres représentant des températures très hautes et très froides déjà menés). Et peut-être des essais avec de l'armement plus tard (même si à ce jour, la disponibilité des champs de tirs pour les réaliser est un sujet).

La Section Technique de l'armée de Terre (STAT) a pu faire quelques essais avec le véhicule pour en découvrir le potentiel, et le véhicule tourne très régulièrement pour des démonstrations pour des autorités et d'éventuels prospects. Avec d'ores et déjà des marques d'intérêts (à concrétiser) certaines de certains.

Il y a à ce jour encore des travaux de fiabilisation et de développement prévus dans les mois à venir. Notamment encore sur la partie suspension, motorisation dans certaines conditions, etc. Et une feuille de route en auto-financement (principalement) très fournie (avec aussi des apports sur la partie blindage/protection qui pourraient venir des programmes européens type FAMOUS 1 et 2), et quelques autres surprises... Des travaux sont ainsi réalisés avec des nouveaux pneus Michelin plus résistants, par exemple. 

Enfin, un travail est encore en cours sur les configurations possibles (même si cela sera surtout les possibles clients qui orienteront les choix définitifs), quant aux réserves, assez importantes, d'emport (autour d'une grosse tonne), les armements embarquables (avec un arceau central prévu pour gagner de la masse sur le toit) et déjà plusieurs configurations en interne et en externe qui sont pensées, et pour certaines déjà dévoilées (anti-char, anti-drone, anti-aérien...). Des essais ayant déjà été réalisés en roulage avec des tourelleaux réels (notamment de la gamme Hornet) ou des poids représentatifs placés en hauteur pour vérifier les conditions d'utilisation (le centrage, l'impact sur la tenue de route, etc.). La maintenance étant aussi un sujet avec évidemment déjà des premières réflexions pour faciliter les opérations (groupe moto-propulseur d'un seul bloc pour être facilement déposable, accès facilités à certains composants, etc).

Et évidemment encore à pleinement finaliser avec les futurs utilisateurs des réflexions permettant de déterminer les avantages et les contraintes sur les cadres d'emploi et les avantages tactiques permis : l'hybride pour les phases d'approche discrètes - jusqu'à 10km en tout-électrique, la capacité de servir de groupe électrogène en soutien pour recharger des batteries, le rechargement permis en phase de roulage et d'utilisation représentative, l'apport d'une éventuelle remorque, etc. Et des réflexions sur l'aspect modulaire de ce démonstrateur en l'état très complet : faudra-t-il toutes les options pour toutes les missions envisagées ? faudra-t-il toutes les capacités (déplacement en "crabe", hybridation complète, autant de chevaux, etc.) ? faudra-t-il les réserver au fer de lance de la force dans l'échelon de découverte et de frappe (en mode "hit and run") et d'autres véhicules pour les aspects "liaison" ? faudra-t-il le généraliser comme blindé léger/médian du futur ? Des points encore à trancher comme sur tout bon démonstrateur, fortement sollicité pour défricher.

Crédits des photos : FSV / MA. Il n'y avait pas de photos ou de vidéos autorisées durant les phases d'essais. Mais de quoi se rattraper avec d'autres présentations prévues dans les prochains mois... A suivre.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Sans industriels de l'automobile en forme, le devenir pose question.
https://www.areion24.news/2022/05/30/lindustrie-europeenne-des-batteries-prise-dans-la-geopolitique-des-minerais/

Camille.

Anonyme a dit…

Continuons à attendre le VBAE dans 10 ans!
https://www.forcesoperations.com/vbae-1-me-de-la-belgique-pour-realiser-letude-de-faisabilite/

Il y a pourtant tellement de véhicules sur ce segment!
http://www.paxaquitania.fr/2022/06/arquus-multiplie-les-annonces-durant-le.html

Même avec le seul véhicule outsider pressenti face à ce SCARABEE avant cette embrouille de VBAE "européen" à 9 pays!
https://blablachars.blogspot.com/2021/06/et-pourquoi-pas-le-hawkei.html


Et tellement de choses à dire sur ce choix...
https://www.areion24.news/2022/08/14/too-big-to-fail-or-too-fat-to-win-la-prise-de-poids-en-question/

Anonyme a dit…

Dans le magnifique poster sur l’évolution des véhicules de l’armée de terre de 1985 à 2025, c'était le SCARABÉE qui était choisi:
https://mobile.twitter.com/remyhemez/status/1016984779495858176

L'histoire de l'exclure pourfaire u VBAE "européen" à 19 industriels de 9 pays a surpris tout le monde, pas que que chez ARQUUS.

Anonyme a dit…

Une petite idée des missions pensées pour ce véhicule:
https://theatrum-belli.com/les-missions-du-scarabee-en-operation-conference-du-general-2s-boyard-arquus/

Camille.