lundi 23 juin 2008

Le FELIN (chap.1).

Le Fantassin à Equipement et Liaison Intégré faisait encore son show dernièrement à Eurosatory 2008, auquel j’ai eu la possibilité d’aller, à l’aube de son intégration et de sa mise en situation opérationnelle au sein des forces après expérimentation. Néophyte que je suis, ce système me pose quelques questions bien loin (est ce par méconnaissance ?) de l’encensement général et complet qu’il reçoit.


Le FELIN reste un concentré de technologies qui permet entre autres fonctions, à un chef d’équipe de couvrir une portion de terrain (ratio homme au km² nécessaire grâce aux systèmes de liaisons et d’observation) bien supérieur qu’avec un groupe de combat composé de fantassins de l’an 2000 commandé principalement à la voix. Le niveau d'avancement le plus sensible pour ce point étant le niveau micro-tactique du groupe. Mais dans des opérations au cours desquelles les forces françaises vont être engagées dans ces 15 prochaines années comme le rappelle le Livre Blanc de manière prospective, les opérations dites de COIN (avec entre autres les trois phases d’intervention, de stabilisation et de normalisation) risquent de constituer une large majorité.

Or il est bien connu que dans la lutte de contre-insurrection (que cela soit les méthodes inspirées par le colonel Trinquier, Lacheroy, Galula, Bigeard ou pour les moins français par les études de la RAND, du Corps des Marines, de l'US Army ou les expériences birmanes de l'armée britannique…) ce qui prévaut et ce qui est nécessaire, c'est une présence physique serrée et continue sous forme de quadrillage du territoire en insurrection par des fantassins épaulés par quelques blindés si le terrain le permet. Pour ainsi avec une présence visible sur le territoire par des maillons d'un immense se filet contraindre les insurgés, les traquer, éviter les zones refuges, les actes de guérillas, rendre impossible le ravitaillement ou les regroupements par exemple et cela bien loin de la vision du combat du futur avec une dissémination de petites unités tactiques dans un ensemble coordonné de micro-actions allant à l'encontre ainsi de ces modes opératoires enseignés.


Quelle est alors la vision d’application tactique et opérationnelle d’un tel système avec les situations que les fantassins sont à même de rencontrer? Question un peu présomptueuse je le reconnais, cette question a des réponses. L’option de partir dans un tout technologique ne doit pas oublier une capacité de réversibilité pour un conflit d’un style que certain, adepte et apôtre des NTIC, définirait bien comme moyenâgeux. Les expériences des Marines à Falloudja en 2004, lors de la reprise de la ville, sont un bon exemple. C'est ainsi que pour mener leur combat baïonnette au canon à certains moments, ces Marines ont largué tous les suppléments de GPS, radios et autres, poids jugé comme supplémentaire et non nécessaire dans les combats de rues et d'assauts de pâtées de maisons. Cela doit nous interpeller pour nous montrer l'utilité d'une rusticité qui n'est pas l'application d'un système D érigé en nécessité.


La possibilité d'un combat en condition dégradé de tel système doit alors être poussée au maximum ainsi qu'une modularité qui permet tout bonnement de ne pas avoir une lunette à vision déporté pour des patrouilles de présence par exemple, l'arme à la hanche. Je pense bien que ces Messieurs de la STAT, de la DGA et d'autres grands organismes auraient des réponses à apporter, mais néanmoins cela reste encore dans le flou que l’observation du monde actuel et les prévisions du monde à venir n’arrivent pas à dissiper à l’étude des informations disponibles au pékin que je suis.

7 commentaires:

Frédéric a dit…

Bonjour, pour Falludjah, je ne connaissait pas cette annecdote. J'ai plutot des reportages sur la puissance de feu parfois dantesque neccessaire pour neutraliser un seul combattant dans une zone urbaine et l'usage intensif des snipes par les 2 camps.

F. de St V. a dit…

Cela m'a été rapporté par un membre du CDEF (Centre de doctrine et d'Emploi des forces qui font entre autres du RETEX) croisé à Eurosatory et par d'autres connaissances actuellement dans les armées. De plus je l’'ai revu, ce qu’on peut définir comme une anecdote, dans des études en américain de RETEX. J'essaye de vous retrouver ça (pas gagné, vu le nombre d'études que l'on consulte un peu en diagonale) et je les mets en lien.

Ceci est rapporté plus pour montrer que la réversibilité est nécessaire et qu'elle est utilisé lorsque l’on s’y attend le moins. Falludjah, c’est la part belle de tirs de mortiers, d’automoteurs d’artillerie, de canons, de frappes aériennes mais entrecoupé de combats intenses « d’homme à homme » vu les concentrations d’insurgés présentes dans cette ville. Ce n’est pas le retour de la charge héroïque baïonnette au canon mais c’est possible même dans les combats qui font la part belle aux technologies.

Frédéric a dit…

Les batailles urbaines se finissent quasiment toujours au corps a corps. Grosny à était pilonné par l'artillerie et l'aviation mais ce sont les fantassins russes qui ont chasser les derniers combattants qui n'avaient pas évacué la ville. A moins que le fasse un jour des robots de combats à la mode ''Terminator'', c'est toujours l'homme qui décide de la victoire, mais la technologie est tout de méme utile (mini caméras pour voir la piéce devant ou pour vérifier que la maison ''nettoyé'' quelques minutes auparavents est toujours innocupé (voir les mémoires des combattants sur le fronts de l'Est ou l'on arrive à des situations ou un groupe de combat russe déjeune dans un étage en hauteur avec des soldats allemands juste à l'étage en dessous...).

F. de St V. a dit…

Sur les caméras, les mini-drones et les avantages que des combattants peuvent tirer de tels systèmes je suis bien d'accord et il serait bête de se priver de ce saut qualitatif.

Par contre, ma perception de l'utilisation des ces systèmes me laisse plus dubitatif. Ce n'est pas une réaction épidermique à la modernité mais plus une sensation de voir ce système peut être en avance ou en retard (comme un beau Leclerc...) mais de ne pas être à propos par rapport à la situation actuelle. Et de placer ce système par rapport à ces utilisateurs qui reste fondamentalement humain.

Je n'ai qu'un espoir, c'est que mes propos ne soit que médisances.

Frédéric a dit…

La technologie n'est qu'un plus, mais cela peut faire la différence. Bien entendu, je suis d'accord sur le fait que l'on pouvoir continuer à agir si celle ci tombe en rade.

F. de St V. a dit…

Question sans réponse pour le moment: ca marche comment le Famas Felinisé sans l'interface homme/machine, sans la lunette et son imageur jour/nuit, la caméra vidéo, le système de visée et l'oculaire de restitution?
On peut démonter tout le bazar, et avoir l'alignement guidon/canon pour faire mouche?

Frédéric a dit…

""Qui peut le plus, peut le moins'', en principe... Mais pour le Famas félin, tout ces ajouts sont démontable d'après ce qu'ai lu.

Je précise que durant mon service dans les Transmissions, nous avions encore le FSA 46/56, plus basique, il n'y a pas :)

je n'ai touché le Famas que quelques mois avant la fin de mes 2 ans de VSL en 1993 et n'ai guère eu l'occasion de tirer avec. Donc mes connaissances sur ce systéme n'est que théorique.