dimanche 3 janvier 2021

Au-delà de leurs vraies discrétion et humilité, ne pas les oublier. Eux et ceux qui restent.


Sergent Yvonne Huynh et brigadier Loïc Risser, morts pour la France le 2 Janvier 2021. Suite à l'explosion visant leur véhicule blindé léger (VBL) de recherche dans la région de Ménaka (Mali).
 
Rustiques dans la réalisation de leurs opérations exigeantes. Des missions longues de plusieurs jours, parfois en petits groupes de 2 véhicules ou parfois plus, risquées en étant parfois en éléments isolés, en avalant les kilomètres de mauvaises pistes dans des conditions climatiques difficiles, le plus possible hors des axes, en avant des dispositifs amis, parfois avec de longues infiltrations à pieds, en portant le lourd matériel d'acquisition de renseignement, de transmission...
 
Opérations menées de manière intensive avec un très haut taux de déploiement avec un départ en opération, voir plus, par an en moyenne, depuis plus de 15 ans. Au sein d'une unité en auto-reléve permanente sur différents théâtres (étant le seul régiment de l'armée de Terre avec ce panel de leurs capacités). Tout en assurant les déploiements de l'opération Sentinelle, la formation interne, initiale ou complémentaire en 2nde partie de carrière, une formation sélective, longue et exigeante, et l'entraînement permanent, sans relâche...
 

 Crédits : Grands Ducs (publication avec son aimable autorisation).
 
Humbles pour mener ces missions complexes pour l'obtention du renseignement humain, leur spécialité (que cela soit par la conversation, l'observation directe, les capteurs...), notamment sur l'adversaire et l'environnement des opérations, puis son traitement et sa diffusion à toute la chaine. Un adversaire mobile, intelligent, évolutif, qui rend des coups, et cela plus d'une fois (cf. par exemple à Tombouctou en 2018, ou pour certains hussards avec plusieurs prises à partie sévères au cours des derniers mois).
 
Discrets sur leur participation fréquente dans les succès collectifs connus au cours des dernières années par les armées françaises en opérations, sur l'opération Barkhane ou ailleurs. Avec un renseignement d'origine humaine parfois à l'origine directe de l'action de neutralisation, de libération d'otages, etc. menée par d'autres. Ou un renseignement d'origine humaine, pièce d'un puzzle complexe, permettant l'orientation d'un autre capteur de la chaine du renseignement qui permettra in fine l'action. 
 
Les hussards de Chamborand, "les frères bruns" du 2ème régiment de Hussards (RH), régiment spécialisé (et non spécial) de la Brigade de renseignement, ces porteurs du béret caractéristique de couleur brune qu'ils peuvent à nouveau arborer depuis quelques années, couleur de tradition historique depuis leurs origines au 18ème siécle, sont durement frappés par ces 2 morts pour la France, ces morts en opérations alors qu'ils menaient leur mission de recherche humaine au profit de leurs employeurs.

Hommage de leurs frères d'armes au départ de leurs corps. A Gao, Mali. Crédits : privés.

Les pensées accompagnent ces militaires, partis en pleine carrière prometteuse (montée en grade, en compétences, et volonté de prendre l'escalier social possible au sein des armées), et déjà riche opérationnellement (plusieurs opérations extérieures à leur actif), comme rappelé par leur chef et proches, d'elle ou de lui. Leurs familles, notamment ce conjoint, cet enfant qui aura vu partir sa Maman, cette compagne, ces parents, leurs proches et amis, et leurs frères d'armes du 2ème régiment de Hussards.

Les pensées accompagnent également ceux qui restent et continueront, n'en doutons pas, à partir en patrouilles de recherche profonde, et multi-capteurs, et en équipes de recueil de l'information. Au sein de ces détachements qui accompagnent les groupements tactiques interarmes, les patrouilles de recherche et d'action dans la profondeur des GCP et GCM, les unités locales partenaires accompagnées par les forces conventionnelles et spéciales. A être dans les détachements de liaison et cellules de coordination, à être insérés dans les état-majors de groupements de recherche multicapteurs (GRM), rassemblant les différentes caapcités de renseignement (drones, guerre électronique...), les postes de commandement interarmes, les autres postes non mentionnés et non mentionnables. Tous les détachements multi-capteurs Addax, Cerbère, Faucon et Atlas, selon les zones de déploiement. Au Sahel et ailleurs.

 

Des Français reconnaissants. Pont Alexandre III (Paris). Crédits : FSV / MA.

Là-bas. Au plus loin, et parfois plus proche. Pour nous. Déjà hier, aujourd'hui et sans nul doute demain. Là où ils seront envoyés, dans les opérations d’aujourd’hui et celles de demain, sans doute différentes de celles connues jusqu'alors, plus dures, plus grises, des opérations auxquelles ils se préparent déjà. S'entraînant, innovant, testant, faisant avec ce qu'ils ont, s'adaptant. Volontaires, partants, là où ils seront encore nécessaires, avec d'autres, au-delà des avancées technologiques et de la généralisation possible de certains outils. Ces combattants, ces femmes et ces hommes, humbles, rustiques et discrets, seront là. On ne vous oublie pas.

Avec des hussards déjà durement frappés dans leurs chairs et dans leurs têtes pour plusieurs d'entre eux au cours des dernières années sur des théâtres d'opérations exigeants (Kosovo, Liban, Afghanistan, Mali, Centrafrique, Niger, Burkina Faso, Tchad...), un nouveau blessé de guerre pour ce régiment est à déplorer, le brigadier Benjamin. Troisième membre d'équipage du blindé VBL (véhicule blindé léger) touché. Qu'il ne soit pas non plus oublié. Un prompt et aussi complet que possible rétablissement à lui.

Quelque part en France il y a quelques jours. S'entraînant avant un départ imminent, aux combats de demain et non à ceux d'hier...  (crédits : FSV / MA). 

PS : Pour nous permettre aussi de mieux comprendre la réalité des missions réalisées par ces hussards hier, aujourd'hui et sans nul doute demain, et saisir l'investissement plus que nécessaire, l'un d'entre eux, a rédigé récemment (sous pseudo) un ouvrage sur son expérience : "Retour de la colline du désespoir". Une lecture rude et sans filtre, qui devrait permettre d'avoir un hommage à la hauteur de ce que ces hussards connaissent et endurent en missions, apportent aux opérations et donnent dans leurs corps et leurs têtes.  

PS 2 : il s'agit bien du sergent Huynh et non du maréchal des logis Huynh. Bien que faisant parti de l'arme de la Cavalerie, le 2ème régiment de Hussards a pour certaines de ses spécialités un recrutement interarmes (avec tests et stages) en 2nde partie de carrière. Ce qui était le cas ici, avec un début de carrière au sein d'un régiment d'Artillerie de Marine puis un regiment d'un Service militaire adapte avant de basculer au sein du 2è RH, avec donc maintien des grades de son corps d'origine.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir et mes meilleurs Voeux pour 2021 (selon une tradition, nous avons jusqu'à la fin de ce mois, pour souhaiter les voeux)

Ce message s'adresse uniquement à l'auteur et sourcier du blog.

Veuillez m'excuser, il ne concerne pas l'article sur les Hussards.

Je voulais savoir, si vous aviez une liste de mail, pour une forme de "Newsletter", qui alerterai sous forme de message automatique, la publication nouvelle d'un de vos articles ?

Cela serait bien pratique, pour ne rien rater. J'admets, que je consulte quasi exclusivement le blog ZoneMilitaire / Opex360, très fourni. Mais eux aussi, n'ont pas de "Newsletter" à envoyer à une liste d'inscrits et loyaux lecteurs, avec les derniers articles du jour, semaine ou mois.

Pourtant, cela est très pratique.

Cordialement

F de St V a dit…

Bonjour,
Je vais essayer de regarder cela de près.
Aujourd'hui, juste le flux RSS est ouvert (mais il faut un lecteur de flux...)
Je vais essayer d'en faire une bonne résolution de l'année (en plus d'un rafraichissement du blog / logo...).
Année que je vous souhaite la meilleure possible !

Anonyme a dit…

On espère des progrès pour la détection:
https://www.lopinion.fr/edition/international/contre-bombes-artisanales-l-armee-ne-fait-pas-assez-appel-a-science-239229

Anonyme a dit…

On continuera à faire avec ce que l'on a:
https://www.forcesoperations.com/les-premiers-vbl-mieux-proteges-attendus-fin-mai-debut-juin-au-sahel/

En attendant un hypothétique meilleur véhicule pour ces missions:
https://www.forcesoperations.com/vbae-la-piste-europeenne-se-concretise/