jeudi 11 septembre 2008

Ce n'est pas fini au Pakistan.

Pour continuer sur la situation au Pakistan, faisant suite à un de mes articles il y a quelques jours.

Selon les révélations récentes du journal « New York Times » dans son édition du 10 septembre, le président Bush aurait secrètement donné son accord pour des opérations terrestres sur le territoire pakistanais. Des actions de nature spéciale, qui seront menées sans demander l’avis d’Islamabad. Le gouvernement pakistanais serait seulement prévenu de la possibilité de telles attaques (ils ne sont certainement pas encore au courant d’ailleurs !!!). Les sources de ce tournant à confirmer seraient des hauts responsables politiques américains. Ces propos sont largement soutenus par les autorités militaires tant les avancées opérationnelles pourraient être importantes en attaquant les zones de refuge, les sanctuaires, les caches d’armes et les lieux de ravitaillement de l'insurrection.

Si ces révélations venaient à être vérifiées (Wait and see !), l’activité diplomatique entre le Pakistan et les Etats-Unis face à ces mesures, ne viendrait que couronner un état de fait (des opérations régulières quasi quotidiennes dans les zones frontières : missiles, raids de bombardements ou assauts en hélicoptères violant l'intégrité territoriale pakistanaise). Les relations diplomatiques reprendraient une place centrale après un long abandon par rapport à des activités purement militaires entraînant des liens distendus. Et cela avec une entrée en matière pas simple pour le nouveau président du Pakistan, alors même que les deux pays sont normalement alliés dans cette « guerre contre le terrorisme ». Normalement, car l’obscur travail des services secrets pakistanais, l’ISI prête toujours à confusion et à la non confiance vis-à-vis de sa lutte contre les Taliban. L'ISI ferait plus que de fermer les yeux sur des activités illicites en les favorisant....

Le chef d'Etat- Major de l’armée pakistanaise, qui elle supporte plus clairement les efforts de guerre pour la reprise en main de ces zones difficilement contrôlables, a répliqué à ces propos en annonçant que les troupes sous son commandement tenteraient par tous les moyens de mettre fin à ces violations de territoire. En a-t-il les moyens réellement…

Pour montrer leur bonne foi comme allié fiable et leur crédibilité comme allié efficace, l’armée pakistanaise annonce il y a quelques heures la mort "de 100 rebelles" tués suite à une embuscade tendue par ces mêmes rebelles à une patrouille des forces de sécurité pakistanaises. Sans connaître toutes les vérités de cet affrontement, un tel retour de situation avec une reprise de l’initiative par l'armée pakistanaise face à des combattants aguerris pratiquant la guérilla et donc fuyant dès qu’ils se sentent menacés, peut prêter à réflexion. L’annonce parait (avec l’esprit un peu pessimiste) assez exagérée. L’effet de com’ pour rassurer les alliés serait il trop gros à gober ? Cela serait vraiment un beau bilan...

Addentum du 12/09/08: il y a quelques heures, ce seraient "40 rebelles" qui auraient été tué comme l'annonce le porte parole de l'Etat-Major. A ce rythme le potentiel militaire des taliban va fondre et il ne sera plus nécessaire de couper les soutiens extérieurs.

2 commentaires:

Frédéric a dit…

RAvec un président quasiment sans expérience avec un passé louche élu tout récemment, une partie du territoire national qui reste ''hors contrôle'', une vie politique vraiment instable, des difficultés économiques, le navire Pakistan navigue à vue...

F. de St V. a dit…

Ce qui n'est pas sans risque pour un centre majeur de toute la règion... Avec l'arme nuclèaire de plus...