lundi 1 septembre 2008

Le retour de flamme.

Pas très fana-mili aviation, pour ne pas rester éternellement bête, je me suis penché sur la partie aérienne de la campagne russe en Ossètie du sud. Et sans donner des informations autres que celles que l’on trouve sur Internet (cf. Historicoblog qui a fourni un long travail de compilation journalier), quelque chose m’a frappé.

En étudiant les communiqués de l’agence de Presse RIA-Novosti (« la voix du parti » ou presque) , on peut sans trop exagérer annoncer qu’il y a eu du côté russe la perte de 5 avions ce qui a été reconnue par le porte parole du Ministère de la Défense, à la fin des opérations offensives des forces « de la paix ». Nombre significatif quoique par rapport à la flotte russe, son potentiel n’a pas été vraiment touché…

Cela s’oppose aux annonces des 30 avions abattus faite en pleine avancée des colonnes russes vers la capitale Tiblissi par le président géorgien. Annonces un peu exagérées faites pour redonner espoir et créer l’esprit de résistance nationale nécessaire alors pour sauver les meubles.


Sur les 5 avions abattus, tous dans les premiers jours vers le 8 et le 9 août au dessus de la base aérienne de la ville de Gori, quatre sont des Soukhoi 25. Le Su 25 de type Frogfoot est un avion d’attaque au sol construit à partir de 1975 et toujours en production. C’est le pendant du célèbre casseur de chars de l’US Air Force l’A 10 Thunderbolt. Leurs pertes peuvent s’expliquer par un plafond utile de vol très bas pour pouvoir frapper au sol et donc facilement repérable avec de plus une vitesse d’évolution très faible pour une meilleure efficacité. Pour abattre de tels avions, des systèmes d’armes pas forcément très sophistiqués peuvent être utilisés allant même jusqu’à la mitrailleuse lourde. La dernière perte est plus exceptionnelle avec la perte d’un Tupolev 22. Le Tu 22 de type Backfire est un bombardier stratégique supersonique (donc assez rapide) plus dans le modèle gros bébé volant. Il aurait été abattu par une batterie de missiles sol-air Bouk M1 qui est un système anti-aérien polyvalent et mobile de moyenne portée. Sachant que les système de type Osa auraient pu aussi être la cause d’une ou deux pertes.


C’est ainsi que la grande conclusion à tirer, pourrait être que un des moyens de savoir si ses systèmes d’armes marchent et de faire une campagne face à des adversaires équipés de ses propre productions. En effet l’intégralité de la défense AA de la Géorgie sont des systèmes de provenance russe que le consortium de fournisseur d’armes russes Rosoboronexport vend à droite et à gauche. C’est ainsi que quand on est le premier fournisseur d’armes mondial et que l’on se bat aussi à droite et à gauche, il n’est pas rare de tomber sur un de ses produits.


Le code de contrôle européen vis-à-vis des exportations d’armement rappelait à juste titre dans ces 8 critères validant les exportations : l’analyse du comportement du pays acheteur et la préservation de la paix et de la stabilité régionale pour les ventes d’armes. Ce n’est pas l’exclusivité de l’industrie d’armement russe, axée sur le marché du cout modéré de faire ces erreurs. Même l’industrie occidentale plus axée pour des hautes technologiques, a vendu à des pays qui ont été ses adversaires quelques années plus tard. On peut citer la vente du système anti-aérien Roland à la fin des années 1980 par la France à l’Irak. Lors de la Guerre de Golfe la France avait du alors communiquer à la Coalition, des informations pour que lors de la campagne aérienne les pilotes puissent éviter ces missiles.

3 commentaires:

Frédéric a dit…

Vous êtes sur pour les 5 avions abattus ? Je n'en avait relevait que 4 sur les annonces russes. Pour le Tu-22, il s'agit sans doute d'une version ''reco'' selon nombres d'observateurs, pas d'un bombardier stratégique.

Frédéric a dit…

Au fait, l'Ukraine à fournit une bonne part de l'armement sol air de la Géorgie et celle ci à hériter d'une partie de l'arsenal de l'armée rouge lors de son indépendance.

F. de St V. a dit…

Dans l'ordre, je reconnais que vous me mettez un doute pour le nombre… J’avais trouvé cela sur une dépêche AFP, je cherche l’original…

Le Tu 22 abattu, était annoncé comme du modèle Backfire par l'EM russe. Et je crois que le Backfire est le modèle à géométrie variable pour la voilure. Il est alors utilisé pour des bombardements conventionnels, de frappes antinavires voire nucléaires ainsi que des capacités de reconnaissance. La caractéristique principale est que sa vitesse et son altitude d'évolution reste importante quelque soit sa configuration rendant sa perte en conflit non négligeable car apparemment unique à ce jour.

Pour le débat sur la part prise par l'Ukraine, il a même eut lieu lors du conflit. La Russie dénonçant les agissements de l'Ukraine qui aurait fourni des missiles de type S200 avec les instructeurs qui vont bien... A ce jour il n'y a pas eu de réel démenti de la part de l'Ukraine.

Dans cette région il est évident que la majorité des armements des armées nationale sont les systèmes produits à l'époque des grands stocks de l'Armée Rouge. L'Ukraine ayant dès cette époque des usines d'armement sur son sol, elle a gardé lors de la chute du Mur des grands stocks qu'elle a revendu un peu partout (devenant le 5ième ou 6ième exportateur d'armement) en plus de continuer à produire de nouveaux modèles. C'est ainsi que les systèmes russes et géorgiens de défense anti-aérienne sont de provenance assez similaires pour les plus anciens.